Tous lascars, malabars, indiens et autres Noirs, cesseront leurs danses du tam-tam à onze heures du soir

ile maurice histoire esclaves

La vie des esclaves en 1767

Sur l’Ile de France, la vie des esclaves était très strictement encadrée par des règlements officiels. En effet, étant bien plus nombreux que leurs maîtres, s’assurer que les esclaves obéissent docilement aux règles de la colonie était d’une importance capitale pour la sécurité des colons.

Obligation pour les maîtres de convertir les esclaves à la religion catholique et de les faire baptiser, interdiction formelle de se marier avec eux, interdiction de pratiquer des jeux d’argent, et de danser et de jouer de la musique après 23h sous peine d’emprisonnement… voici un aperçu de la vie que menait les esclaves, les malabars, les Noirs libres et les lascars sur l’Isle de France en 1767.

Nous vous proposons quelques extraits d’un texte officiel encadrant la vie sur la colonie :

ile maurice histoire esclaves

Les règlements concernant les esclaves

Il. Seront tenus les maîtres et autres propriétaires ou dépositaires chargés d’esclaves non baptisés, de rapporter à la fin de chaque année, au syndic de leur quartier, un certificat du curé de leur paroisse, que lesdits Noirs non baptisés auront été envoyés et auront assisté aux instructions et catéchismes que ledit curé sera tenu de faire dans sa paroisse aux jours et heures que nous lui prescrirons.

VII. Par l’art. V des lettres-patentes de Sa Majesté, en forme d’édit, du mois de Décembre 1723, il est défendu à tous sujets du Roi de l’un et de l’autre sexe de contracter mariage avec les Noirs, à peine de punition et d’amende arbitraire ; il est également défendu, tant auxdits sujets blancs qu’aux Noirs affranchis et nés libres, de vivre en concubinage avec des esclaves;

VIII. Faisons défenses à tous Noirs malabars, lascars, Noirs libres, Noirs esclaves, soit de Sa Majesté, soit de la Compagnie ou des habitants, de jouer ni de s’assembler pour jouer de l’argent ou des hardes, à peine contre ceux qui seront surpris, du bloc, du fouet et de confiscation de l’argent qui sera trouvé au jeu, même de celui qui sera trouvé sur eux.

XX. Tous lascars, malabars, indiens et autres Noirs, cesseront leurs danses du tam-tam à onze heures du soir; leur enjoignons de se retirer chacun chez eux, sous peine de désobéissance et de punition exemplaire ; les patrouilles auront ordre de les arrêter après onze heures, s’ils sont trouvés dans les rues

Au Port-Louis, Ile de France, le 26 Septembre 1767. Signés DUMAS et POIVRE.

ile maurice histoire esclaves

Plongez dans la vie de la colonie au XIXème siècle

et réservez une de nos balades !