Les mystères de la médecine chinoise

16 mars 2015

Nous sommes venues saluer le gérant du magasin et pharmacie Dazzling Star, accablées de chaleur et épuisées par notre quête sans fin de boulettes chouchou.

Et nous sommes arrivées pile au moment où la pharmacienne préparait les ingrédients prescrits pour une tisane, par un docteur spécialisé en médecine traditionnelle chinoise. Quelle chance ! Etre au bon moment, au bon endroit avec une personne dans le bon état d’esprit, est plutôt rare.

Il fait frais dans ce magasin. En fond sonore, des Réunionnais sont en train d’acheter des huiles médicinales et des baumes à l’odeur entêtante. La radio joue des rythmes entraînants de Bollywood. Partout où l’on va il y a une radio allumée. Comme dans un film, une bande sonore permanente à nos explorations.

La prescription est écrite en caractères chinois. Je me demande si l’écriture des médecins traditionnels est aussi difficile à lire que celle des allopathes.

Une armoire à pharmacie trône dans le fond du magasin. Une vraie celle la. Pas comme nos petites boîtes à pansement avec du paracétamol et un sirop pour la toux. Non, un meuble en bois massif, long de deux mètres et haut d’un mètre et demi.

pharmacie

Des tiroirs, des tiroirs et encore des tiroirs pleins de champignons séchés, de brindilles, d’écorces, de plantes, de poudres… des bocaux et encore des bocaux avec des étiquettes jaunies. Un parfum indéfinissable, un mélange de forêt et d’épices.

Sur la prescription, la pharmacienne suit du doigt les dosages du médecin. Une main, un bras tacheté par la vieillesse. Elle se retourne sans hésitation vers un tiroir, le soulève à deux mains. Il est lourd. Elle prend une poignée de brindilles, la pèse sur sa balance. Une balance où les unités de mesures sont des petits points tatoués sur un bâton, un plomb à droite, une assiette à gauche. Ses gestes sont sûrs. Ce ballet se fait en silence. Elle revient de temps en temps à l’ordonnance sur la table. Elle connaît tous les ingrédients mais ne sait pas de quoi souffre ce patient.

pharmacie3

Trois tas devant elle. Ils seront bouillis et deviendront une « médecine », de la tisane, une décoction à prendre 3 fois. Il y 18 éléments différents dans cette prescription. 18 petits tas. 18 fois elle s’assure d’avoir bien mis le bon dosage, 18 fois elle suit de son doigt la prescription. Mais quel est ce parfum ? Je reconnais quelque chose…de la cannelle.

Unveiling the mysteries of Chinese medecine in Mauritius from my Moris on Vimeo.